Mort en 2004, Jacques Benveniste, chercheur à l’Inserm, fut au centre d’une controverse mondiale avec sa thèse sur la mémoire de l’eau. Appliquant cette théorie à ses propres recherches, le prix Nobel de médecine Luc Montagnier a fait un constat surprenant qui provoquera peut-être une révolution en matière médicale…

La première vidéo ci-dessous présente ses recherches.

La deuxième vidéo ci-dessous est un reportage, tourné dans un laboratoire de recherche de Moscou, qui expose les origines de la médecine informationnelle. Serguei Koltsov, l’inventeur des CEF s’est basé sur ces connaissances fondamentales sur l’eau informée.

Plusieurs scientifiques russes parlent de leurs expériences avec les plaques de Koltsov (traduit et doublé par www.quant-essence.fr).

La troisième vidéo ci-dessous présente les travaux de Marc Henry, Université de Strasbourg.

Une vidéo intéressante à regarder également est “Water, le pouvoir secret de l’eau” qui explique notamment comment l’eau mémorise les informations avec les agrégats. Le film entier est disponible à la vente chez Jupiter Films. Ce documentaire extraordinaire donne la parole aux experts reconnus mondialement, qui présentent des aspects scientifiques aussi bien que spirituels. Parmi d’autres, le Dr. Masaru Emoto et le Prof. Dr. Kurt Wuthrich (Prix Nobel de chimie 2002), le Pr Korotokov révèlent les découvertes étonnantes de leurs recherches. A vori également un autre documentaire de Jupiter : “L’Eau, la vie” (2h15) où les plus éminents experts de la francophonie apportent les réponses théoriques et pragmatiques aux sujets abordés par le premier film: Prof Marc HENRY, Jacques Collin, Yann OLIVAUX, Jacqueline BOUSQUET, Jean-Marie COMBEL, Sylvain LADAIQUE, Maxence LAYET, Loïc SALLET, Bertram PALM et Vinh LUU. Nous apprenons quelle eau est bénéfique pour notre santé et aussi comment et quand boire, comment l’eau fait l’interface entre la réalité et nos pensées, etc. Voici un extrait du premier film :

Vous pourrez lire un extrait du livre “Les Guérisseurs Russe” de Peter Numayer et Tom Peter Rietdorf, à propos des correcteurs. Pour vous convaincre de l’intérêt scientifique, consulter également la page présentant la conférence scientifique et pratique 2017 sur l’usage des CEF.

Enfin, il existe une documentation de 2016, présentant les études réalisées par le Dr. Plekhanova, directeur de recherche au laboratoire de biologie cellulaire à Vladivostok, Russie. Elle est proposée en téléchargement par le fabricant, mais malheureusement pas encore traduite en français ou en anglais. Pour ceux qui lisent le russe, elle est disponible sur ce lien.

En synthèse, cette étude qui traite notamment des CEF n°1 et n°2, montre que l’activité enzymatique des cellules sur les bactéries, avant exposition aux phagocytes soumis à l’effet des Correcteurs d’Etat Fonctionnel pendant 30 et 60 min, a montré une différence marquée (р<0.05) des indices de stimulation. Elle démontre que le Correcteur d’Etat Fonctionnel n°1 stimulait l’activité enzymatique des cellules de l’immunité innée, en particulier les exoenzymes de la membrane cellulaire de la membrane des cellules après 30 minutes d’application. En outre, l’analyse de l’effet du Correcteur d’Etat Fonctionnel n°2 a mis en évidence une stimulation des phagocytes révélée par d’importants indices d’activité enzymatique comparativement aux cellules contaminées par le Salmonella enteritidis. L’activité des neutrophiles et macrophages s’est incontestablement renforcée sous l’effet du Correcteur d’Etat Fonctionnel n°2 (р<0.01). De cette manière, ces données caractérisent une action bactéricide accentuée sur les salmonelles. De plus le Correcteur d’Etat Fonctionnel n°2 possède un effet cytotoxique important (stoppant la division) par rapport au Correcteur d’Etat Fonctionnel n°1.

Retour en haut